Articles

Le vélotaf

Bonjour à tous,
nous renaissons avec l’arrivée du printemps et le retour du beau temps. Nous en profitons pour vous présenter Bécassine, un VTC que nous avons acquis à l’automne dernier d’occasion afin de l’électrifier. Nous avons comparé les kits d’électrification sur Internet pour finalement en choisir un sur le site cycloboost.com. N’ayant qu’une voiture, nous avions, en effet, besoin d’un second moyen de locomotion les jours où nous travaillons tous les deux (c’est-à-dire presque tous les jours). Notre village n’étant aussi traversé par aucune ligne de transport en commun et à 12km de la gare la plus proche, cette acquisition était une nécessité.

Pas facile de trouver chaussure à son pied dans l’univers des vélos électriques dont le marché est en plein expansion! Nous avons regardé les vélos électriques pliants (pour faciliter le transport dans le train), les vélos électriques et les kits d’électrifications. Dans notre situation: budget limité, besoin d’un moteur relativement puissant au regard des côtes à franchir pour se rendre au travail, besoin d’une autonomie minimum d’une vingtaine de kilomètres (ce qui n’est pas énorme). Bref, nous nous sommes rapidement tournés vers les kits qui se sont révélés moins chers pour une force déployée plus grande. Le VTC a donc été trouvé sur le bon coin et l’électrification faite cet hiver afin d’être opérationnel dès le retour d’Elsa de son congé maternité.

Utilisation:
Quand Elsa ne travaille qu’à 12km de notre maison, c’est elle qui s’y rend à vélo. De bons gants, un bon bonnet et c’est parti le sac sur le dos (la batterie sur le porte bagages nous empêche d’y accrocher des sacoches). Rien de très compliqué puisque plus qu’un moteur qui l’aide à gravir les collines, c’est plutôt elle qui aide ponctuellement le vélo…
Quand elle travaille plus loin, c’est Ewan qui se rend au travaille avec Bécassine. Il fait donc d’abord 12km pour rejoindre la gare de Figeac où il loge le vélo dans le TER qui l’emmène une vingtaine de kilomètres plus loin. Il ne lui reste plus que quelques tours de pédales pour rester sérieux la journée entière.

Bien que nous ayons acquis une remorque pour balader Lysandre, notre fils de 4 mois, c’est celui qui a la voiture qui l’emmène et le récupère chez l’assistante maternelle qui habite dans un village voisin. La remorque est vraiment légère et agréable à tirer sauf vent de face (par contre, vent de dos: on file)!

Cette entrée a été publiée dans départ, France. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>